Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Le cuir et la plume

(3 avis client)

5,9919,50

 

Lucie Fontaine est journaliste free-lance à Paris. Elle est très proche des militants pour les droits des femmes.

Pierre Cartier est capitaine à la Crim’ à Paris. Il est également l’un des associés d’un club BDSM et reconnu comme un Dominant hors pair.

L’un se voit confier une enquête sur des crimes odieux, l’autre sur une période sombre de notre histoire. À priori, aucun rapport entre ces deux affaires.

À priori, aucune chance que ces deux-là se rencontrent…

À priori.

Effacer

Collecter jusqu'à 19 Points.

Ajouter à ma Wishlist
Ajouter à ma Wishlist
UGS : ND Catégories : , Étiquettes : , , ,

Informations complémentaires

Poids 0.407 kg

3 avis pour Le cuir et la plume

  1. jules fontaine

    Jeanne Malysa aime jouer au chat et à la souris avec ses lectrices et ses lecteurs. Elle le démontre avec talent dans son dernier opus « Le cuir et la plume », un polar captivant qui se déroule dans un Paris contemporain devenu le terrain de chasse d’un tueur sadique et sanguinaire. Très sanguinaire.
    L’alternance des points de vue narratif portés par les principaux personnages du roman contribue largement au maintien de l’intérêt de lecture de bout en bout. Car faut-il le préciser, le Cuir et la plume se lit d’une traite !
    Le cuir, c’est Pierre, capitaine à la brigade criminelle de Paris le jour, et maître dominant versé dans le BDSM la nuit. La Plume, c’est Lucie, journaliste indépendante, farouchement indépendante, féministe engagée qui n’a pas sa langue, ni son clavier !, dans sa poche. Le journal tenu par un mystérieux DAF vient éclaircir – ou assombrir, au choix – le déroulement de l’enquête journalistico-policère. Car entre Pierre te Lucie, une relation – improbable a priori – va se nouer où chacun devra lâcher du lest pour mieux aller à la rencontre de l’autre. Vous l’aurez compris, Le Cuir et la Plume, c’est aussi une belle histoire d’amour…

  2. alecblack33

    Une histoire captivante : l’intrigue et la construction des personnages met du temps à s’installer, les héros se rencontrent à environ 1/3 du livre et pourtant on ne s’ennuie pas une seconde.

    L’alternance de point de vue entre Lucie, Pierre et Malpertuis, parsemé des extraits du journal de DAF est singulière mais parfaitement adaptée au traitement de l’histoire.

    L’enquête est captivante, sombre, tortueuse, mêlant passé et présent.
    La plongée dans le milieu BDSM (puisque Pierre, capitaine à la Crim’ mais également Dom et l’enquête est aussi lié à ce monde) est captivante mais jamais scabreuse !

    Pour une fois, la rencontre entre un Dom qui aime les femmes soumises et timides et une jeune femme journaliste, féministe et indépendante fait des étincelles et pas juste pour faire joli. Leurs joutes sont savoureuses et les deux personnages interagissent sur un même pied d’égalité. On n’a pas comme trop souvent la femme qui s’aplatit devant le mâle alpha dominant, riche et puissant. L’auteur ne tombe ni dans la facilité ni dans les clichés. Leur romance faite d’attirance (bien évidemment compliquée étant donné les caractères forts de l’un et de l’autre) mais également de respect et de compromis est belle à voir, et surtout assez rare dans ce contexte. Les scènes de sexe sont sensuelles sans jamais être vulgaires.

    Une très très belle découverte !

  3. Maritza

    J’ai beaucoup aimé cet ouvrage.
    Pierre est flic et s’occupe aussi d’un club bdsm, no spoil c’est dans le résumé. Il se retrouve sur une affaire délicate, l’assassin du dimanche, et on se demande bien comment il va croiser Lucie. On débute avec le point de vue de Pierre Cartier et dès le chapitre 1er on cadre ce personnage.
    « Pierre est le patron et c’est lui qui donne des ordres ».
    On prend connaissance avec ses collègues, la Crim’ ça grouille, on apprend que sa mère est sur le point de mourir et Jérôme, son père n’est plus de ce monde. Puis, avec une fluidité qui caractérise la plume de l’autrice, on glisse sur le terrain de la domination. « un bon Dom doit d’abord connaître la soumission afin de savoir ce qu’on peut ressentir en étant à genoux. » Voui, le cuir est une deuxième peau pour Pierre.

    Hop, alternance des personnages, on passe à Lucie, mais toujours troisième personne. Elle milite pour le droit des femmes donc découvrir un billet sur le droit de vote en entrée se déguste avec plaisir ! Appréciant Simone de Beauvoir et visiblement peu encline à lâcher prise, j’ai accroché très vite à ce personnage. Elle a deux meilleures amies qu’on appellera les TaSa.
    On pense que le décor est posé et que rien d’autre ne pourrait nous surprendre, et pourtant apparaît à cet instant le journal de daf… Regain d’intérêt et le chapitre suivant nous initie au BDSM, ça m’a bien plu. Beaucoup de recherches ont été faites et vous pouvez suivre l’action des personnages puisque les lieux sont mentionnés.

    J’ai bien apprécié l’image entre les chapitres, parfaite, dans le thème !

    Les indices sont disséminés au fil des chapitres, sans vous spoiler, on apprend rapidement que l’assassin du dimanche est sûrement un “attacheur” (si vous connaissez le BDSM vous allez comprendre). Vous serez pris dans l’enquête, suivrez les indices, le “code”, et vous interrogerez sur les liens entre le capitaine du Bastion, le Club, l’héritage (ah ces héros de guerre) et la journaliste ! C’est rondement bien fait !
    J’ai adoré l’image des petites menottes entre les chapitres, le thé vert gingembre citron…
    Mention spéciale pour la femme sans enfant par choix !

    Les scènes olé olé sont très bien écrites ET décrites. Je peux vous dire que ça…glisse tout seul !
    Si vous appréciez ou vous souhaitez connaître le BDSM avec une enquête prenante, c’est fait pour vous !

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *