logo officiel JP fond transparent
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Limor Moyal

Mon nom est Limor Moyal, je suis née dans la nuit du 4 octobre 1973, en plein dans la fumée de la bataille du Kippour. Je suis née curieuse, alerte et passionnée par tout ce que le monde autour de moi a à offrir. Curiosité et désir, ces deux traits me guident dans chaque choix et décision que je prends dans ma vie. J’explore tout ce qui attire mon attention et mon intérêt, je crois fermement en l’expression ‘Carpe Diem’, et je mets mes rêves en pratique sans jamais les remettre à plus tard. De mon point de vue, la vie est courte et douce, et vous ne devriez jamais remettre les choses au lendemain si elles peuvent être faites le jour même. Je me considère comme une artiste. J’aime l’art et j’aime les mots ; combiner les deux ensembles est ma façon de m’exprimer, ce qui reflète à la fois ma personnalité artistique et mon âme romantique et pourtant réaliste. Quand j’écris, j’ai l’impression de faire de la sculpture avec des mots, exactement comme un art véritable, sauf que les matériaux dont je me sers sont des adjectifs, des métaphores, des images descriptives. Même avant que je commence à écrire, j’étais, et je suis toujours, une lectrice avide. Je lis beaucoup, ce ne serait pas exagéré de dire que je lis trois livres par semaine. Je lis principalement en anglais puisque je crois beaucoup à la lecture dans la langue originale (même si ma langue maternelle est l’hébreu). Je lis des romans de tous les genres, principalement contemporains, cependant, je lis également des romans historiques de temps en temps (mystère, paranormal, militaire, MM), et bien sûr, je lis aussi des classiques (Brontë, Austen, Fitzgerald, Virginia Woolf) ainsi que des écrivains contemporains bien connus comme Haruki Murikmi et Paul Oster. Les classiques sont ceux qui m’ont formée en tant que personne et que lectrice. Quand j’entame une relation avec un livre, la connexion commence sans aucune condition préalable de ma part, sauf l’exigence de base que le livre n’insultera pas mon intelligence, mais je peux facilement gérer tout le reste (le langage explicite, les tabous, les contenus hors de ma zone de confort, ou les manuscrits sombres sont les bienvenus). Entre un livre et moi, il y a un lien très symbiotique, je lui donne mon temps, mon cœur, le plus grand respect et une ouverture d’esprit, et en échange, je m’attends à ce que le livre m’éduque, m’excite, peut-être même me change, me secoue et me laisse avec quelque chose que je n’avais pas auparavant. Le livre qui parvient à le faire recevra une place spéciale dans mon cœur et peut-être même un commentaire sur mon site ou sur Goodreads, afin de partager mon expérience avec vous. Puis un jour, je me suis sentie prête, j’ai senti que j’avais grandi (j’ai toujours dit que je voulais être un écrivain lorsque je serai grande) et le moment venu, j’ai écrit mon premier livre « Chariots on the Highway » (le nom original en hébreu est « Chariots on the Ayalon »)

Voici le seul résultat